Présentation

Fermer Journée d'étude sur les femmes et leurs activités

Fermer Projet FEMMAR

Webmaster - Infos
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
20 Abonnés
Nouvelles


Rapport sur les femmes et la pêche en Grande-Bretagne - par Helen le 16/11/2010 @ 22:45

Le Greenwich Maritime Institute (partenaire du projet Femmar) et IRIS Consulting ont rendu au Ministère de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales (Defra : Department of environment, alimentation and rural affairs) leur étude sur les femmes dans la pêche en Grande-Bretagne.
Elle est disponible en anglais au lien suivant:
http://www.defra.gov.uk/foodfarm/fisheries/documents/policy/saif-womenfisheries.pdf
associée à une revue bibliographique:
http://www.defra.gov.uk/foodfarm/fisheries/documents/policy/saif-womenfisheries-appa.pdf

Defra met aussi en ligne une autre étude concernant la pêche
- Histoires de pêcheurs
http://www.defra.gov.uk/foodfarm/fisheries/documents/policy/saif-fishermantale.pdf

Pour plus d'information:
http://ww2.defra.gov.uk/environment/marine/

RAPPORT NUMERO 1 SUR LES PREMIERS RESULTATS OBTENUS DU QUESTIONNAIRE EN GALICE - par Aubert le 29/09/2009 @ 12:26

FEMMAR

L’EVOLUTION DU ROLE ET DU STATUT DE LA FEMME DANS LES ACTIVITES MARITIMES

RAPPORT NUMERO 1

SUR LES PREMIERS RESULTATS OBTENUS DU QUESTIONNAIRE EN GALICE

 

par

 

Xosé Manuel Carril Vázquez

Universidade da Coruña

 

 

 

1. Selon les données d'affiliation au système espagnol de sécurité sociale transmises par le Ministère le Travail et de l'Immigration en août 2009[1], le nombre total de personnes affiliées au régime spécial de sécurité sociale des travailleurs de la mer s'élève à 69.872. En Espagne, ce régime spécial de sécurité sociale des travailleurs de la mer couvre aussi bien les travailleurs salariés pour le compte d'un autre que les travailleurs pour leur propre compte[2], c’est pourquoi il s'avère logique que ces données officielles sur l'affiliation en fonction du type de travail maritime-pêche effectué, distinguent aussi l'affiliation à ce régime– pour le compte d’un autre et pour le propre compte–, indiquant ainsi que sur un total de 69.872 travailleurs affiliés, 55.542 le sont pour le compte d'un autre et 14.330 le sont pour leur propre compte. Enfin, toujours selon ces données officielles, il est aussi possible d’obtenir une information sur l'affiliation au régime spécial de sécurité sociale des travailleurs de la mer par Communautés autonomes et villes autonomes, ainsi : 1) La Galice compte 24.866 personnes affiliées ; 2) l’Andalousie compte 10.388 personnes affiliées ; 3) la Catalogne compte 7.446 personnes affiliées ; 4) les Canaries compte 5.735 personnes affiliées ; 5) Valence compte 5.531 personnes affiliées ; 6) Madrid (même s'il n'y a pas de mer) compte 4.442 personnes affiliées ; 7) Le Pays Basque compte 4.240 personnes affiliées ; 8) Les Iles Baléares comptent 2.657 personnes affiliées ; 9) Les Asturies compte 1.627 personnes affiliées ; 10) La Région cantabrique compte 1.446 personnes affiliées ; 11) La Murcie compte 1.150 personnes affiliées ; 12) Ceuta compte 266 personnes affiliées ; et 13) Melilla compte 77 personnes affiliées.

 

2. Bien que s'agissant de données officielles, il faut indiquer que l'information que le Ministère le Travail et de l'Immigration offre à travers ces données concrètes est incomplète, au moins pour l'élaboration de l'étude qui est effectuée sur «l'évolution du rôle et du statut de la femme dans les activités maritimes ». En effet, si les données transmises le sont par genre, ce que le Ministère appelle lui-même «évolution de l'affiliation par genre»c’est réellement insuffisant car, c’est sans offrir une répartition par type de régime de sécurité sociale (gens de mer par exemple), en se limitant à indiquer que sur les 18.001.310 personnes affiliées à la sécurité sociale espagnole 10.090.470 sont hommes (56.05%) et 7.910.840 (43.95%) sont des femmes. Cette absence de données sur l'affiliation des femmes travailleuses au régime spécial de sécurité sociale des travailleurs de la mer est en passe d’être comblée par le biais de l'Institut Social de la Marine[3] (ISM), qui s'est engagé à apporter dans la mesure de ses possibilités des données d'affiliation récentes à ce régime spécial de la mer en tenant compte des critères de genre, qui sont ceux qui nous intéressent pour le projet FEMMAR. A la date de 30 septembre 2008, le nombre total de travailleurs affiliés à ce régime spécial était de 70.245, dont seulement 10.922 (15.55%) étaient des femmes[4].

 

3. Comme on peut le voir, la Galice est la Communauté autonome qui enregistre le plus grand nombre de personnes affiliées couvertes par ce régime spécial de sécurité sociale des travailleurs de la mer (pour un total de 24.866). C’est précisément pour cela et étant donné que je vis et travaille en Galice ce qui facilite assez ma participation pour cette partie concrète du projet, que le travail d'envoi et de réception des questionnaires a été réduit territorialement à la Communauté autonome de la Galice. Ainsi, les questionnaires grâce auxquels a été élaboré ce rapport n° 1 proviennent de travailleuses de la mer qui effectuent leurs activités maritime- pêche en Galice.

 

4. En ce qui concerne la méthodologie employée lors de cette première phase, les questionnaires n'ont pas été directement envoyés aux travailleuses de la mer impliquées, en effet, ce système aurait augmenté les délais de retour du questionnaire en question, parce que –entre autres motifs– on ne connaît pas le domicile des travailleuses de la mer et l’obtenir est réellement complexe du point de vue légal (la réglementation sur la protection de données personnelles est rigoureuse en ce sens, en exigeant toujours le consentement des personnes ciblées). Pour cette raison et cette phase, on a opté pour le rôle d’intermédiaire que peuvent jouer différents organismes –tant de nature publique que privée– très présents dans ce secteur concret de l'économie. Les organismes avec lesquels on a noué une relation professionnelle sérieuse sont les comités de pêcheurs de la Galice (ils sont 63 en total), les associations spécifiques de travailleuses de la mer (comme l'association galicienne de ramasseuses de coquillages de Vigo-Pontevedra « AGAMAR », l'association de femmes de pêcheurs «Rosa dos Ventos», l'association de ramasseuses de coquillages « Pedra de Oliveira de Vilaboa », la fédération galicienne de ramendeuses «O Peirao» et l'association de ramendeuses «O´Fieital») et les organisations syndicales (la Confédération Intersyndicale Galicienne - CIG), en envoyant à chacune d'elles une dizaine de questionnaires à distribuer.

 

5. A la date d’aujourd'hui, ont répondu 8 de ces organismes (comités et associations, dans l’attente de 15 questionnaires de la part de la CIG), on accède ainsi au nombre de 33 questionnaires reçus. Concrètement, sur 63 comités locaux de pêches 7 ont répondu, nous restituant ainsi 18 questionnaires, nous devons indiquer à ce sujet sauf pour le comité local des pêches de Ares, qui nous a répondu en indiquant «nous n'avons aucune femme consacrée à des activités maritime pêche» que ces 18 questionnaires proviennent des comités locaux de Carril (1), Cambados (2), Laxe (3), Celeiro (10), O Grove (1) et Carnota (2) ; et concernant les associations, telle que l'association de ramendeuses «O´Fieital», 15 questionnaires nous ont été retournés. Cependant, concernant ces 33 questionnaires seulement 23 nous intéressent, parce que 10 ont été remplis par des femmes qui, bien qu'elles effectuent des travaux en rapport avec des activités maritime-pêche, sont affiliées au régime général de la sécurité sociale et non au régime spécial de sécurité sociale des travailleurs de la mer qui permet légalement de les qualifier de véritables travailleurs de la mer[5].

 

6. Enfin, sans écarter la possibilité que l’on doive effectuer une étude beaucoup plus détaillée, les principales considérations qui peuvent provisoirement être effectuées sont au nombre de trois, à la lecture des 23 questionnaires remplis, la première est celle qui se rapporte à la question 1 relative à la « participation à la vie d'une entreprise du secteur maritime », on dénombre 2 femmes comme salariées, 20 femmes comme travailleuses autonomes ou travailleuses pour leur propre compte (chefs d’entreprise je pense) et 1 comme conjointe collaboratrice[6]. La seconde considération se réfère à la question 2 ; «type de tâches qu'elles effectuent dans l'entreprise», il en résulte que 4 femmes se consacrent à la pêche  aux coquillages (ou ramassage), 5 femmes aux tâches de commercialisation et production et 14 femmes se consacrent à l'activité de réparation et maintien des filets (qui sont appelées en Galice rederas ou ramendeuses[7]). Enfin, la troisième considération fait allusion à la réponse relative à la question 30 (questionnaire français = Q32) «Et si c’était à refaire » à l’évidence le degré de satisfaction avec une vie dédiée professionnellement à la mer est démontré, 15 femmes choisiraient la même activité maritime-pêche, 6 femmes choisiraient de travailler dans une activité différente et 2 paraissent indifférentes à ce sujet puisqu’elles n’ont pas rempli cette question concrète du questionnaire[8].



[1] Voir le document téléchargeable «Afiliados ocupados a la seguridad social. Agosto 2009» en http://www.tt.mtas.es/periodico/seguridadsocial/200909/datos%20afiliacion%20agosto%2009.pdf

[2] Il s'agit d'un régime spécial mixte, voir X. M. CARRIL VÁZQUEZ, La Seguridad Social de los Trabajadores del Mar, Civitas (Madrid, 1999), pp. 175 y siguientes.

[3] La gestion de la sécurité sociale des travailleurs de la mer est confiée à l'Institut Social de la Marine, qui est un organisme juridique-public de grande tradition dans le secteur maritime-pêche et qui a son origine dans la Caisse Centrale de Crédit Maritime, créée par Décret Royal du 10 octobre 1919 (Gazette du 12 octobre). Sur le thème, voir X. M. CARRIL VÁZQUEZ, La Seguridad Social de los Trabajadores del Mar, cit., pp 448 y siguientes.

[4] Données obtenues dans A. DÍAZ, «Un mar con más mujeres», Mar, número 476 (noviembre, 2008), p. 40

[5] Sur le sujet, ayant comme référence les données d'affiliation au 31 mai 2003, voir X. M. CARRIL VÁZQUEZ, «Aspectos xurídico-laborais e de seguridade social do traballo da muller no mar», Anuario da Facultade de Dereito da Universidade da Coruña, número 8 (2004), pp. 223-232.

[6] Par rapport aux 10 questionnaires remplis qui sont initialement écartés, il faut indiquer que toutes les femmes figurent comme salariées, ce qui est précisément ce qui rend compréhensible leur inclusion dans le régime général de la sécurité sociale.

[7] Par rapport aux 10 questionnaires remplis qui sont initialement écartés il faut indiquer que 2 femmes se consacrent aux tâches de production, 2 femmes aux activités d'innovation et développement (I+D), 4 femmes à la gestion, 1 femme ne spécifie rien à ce sujet et 1 se consacre à des activités commerciales.

[8] Par rapport aux 10 questionnaires remplis qui sont initialement écartés il faut indiquer que 6 femmes ne changeraient pas, 1 femme choisirait une autre activité.


"Journées d'études 2008 "de l'Observatoire des Droits des Marins - par Aubert le 27/04/2009 @ 19:19

Voici le sommaire des textes publiés par l'Observatoire des Droits des Marins http://www.obs-droits-marins.fr suite à l'organisation des "Journées d'études 2008 de l'Obser vatoire des Droits des Marins" les 5 et 6 juin 2008 à Nantes.

PREMIERE JOURNEE D'ETUDE DU 5 JUIN 2008 :
LA PLACE DES FEMMES DANS LES ACTIVITÉS MARITIMES : En mer et à terre.

GWENAËLE PROUTIÈRE MAULION 
Résumé de la journée du 5 juin 2008 (pour le lire aller à la page Présentation du blog)

FLORENCE PINEAU
L’association des femmes et familles de marins de Vendée.

EDMONDE-FRANÇOISE MORIN
Femmes du littoral, Basse-Normandie.

CATHERINE BLOT
Projet de decret relatif à la protection de la maternité des femmes exerçant la profession de marin.

DANY COHEN
Le cas du harcèlement moral d’une femme marin en France.
Annexes 1 à 4

OLGA FOTINOPOULOU BASURKO
Acoso sexual a bordo de Buques (A propósito de la STC 250/2007).
Annexe (STC 250/2007)
Résumé en français

GWENAËLE PROUTIÈRE-MAULION
Le rôle du capitaine de navire dans la prévention et la lutte contre les pratiques de harcèlement moral et sexuel à bord.

GWENAËLE PROUTIÈRE-MAULION ET OLGA FOTINOPOULOU-BASURKO
Regards croisés sur la lutte contre le harcèlement moral et sexuel à bord des navires ou de la  difficile application d’un texte de droit commun à un secteur spécifique.

Les femmes marins , Décembre 2003 - par Aubert le 22/04/2009 @ 15:27

http://www.ilo.org/wow/Articles/lang--fr/WCMS_081482/index.htm

Magazine Travail No. 49, décembre 2003 : 

Extrait du magazine Travail; pour télécharger l’étude complète en format pdf :

http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---dcomm/documents/publication/dwcms_080671.pdf

Les femmes marins: Contre vents et marées Sur mer comme sur terre, les femmes conquièrent leur place dans le monde du travail.


Un nouveau livre du BIT sur les femmes marins - par Aubert le 22/04/2009 @ 14:46

http://www.ilo.org/global/About_the_ILO/Media_and_public_information/Press_releases/lang--fr/WCMS_005768/index.htm

Un nouveau livre du BIT attire l'attention sur les femmes marins.

Voir le Communiqué de presse  - Date de parution 3 octobre 2003 - Référence BIT/03/42



adresses - par kevin le 15/04/2009 @ 15:01

Voici un rapport européen  sur le rôle des femmes dans le secteur de la pêche (2002)

http://ec.europa.eu/fisheries/publications/studies_reports/role_women_en.htm

Avec la partie française où vous trouverez une bibliographie très intéressante :
http://ec.europa.eu/fisheries/publications/studies/women/annex5_France.pdf

DébutPrécédent10 pages precédentes [ 11 12 13 ] SuivantFin
Logos
 logonew.png
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 21 membres


Connectés :

( personne )
Recherche




Calendrier
^ Haut ^